L’homme au profil de lion

Dans quelques jours, je rencontrerai avec émotion une personne que je connais depuis douze ans. Douze ans sur internet. Nous ne nous sommes jamais vu « en vrai » et le plus amusant, c’est que je connais pas son visage. C’est un exploit de sa part. Difficile aujourd’hui de ne montrer de soi que des mots et un profil de lion, toujours le même ou presque*, surtout lorsqu’on est journaliste, politologue, rédacteur en chef d’une revue, J:mag et critique de cinéma.

* autoportrait de Malik Berkati à la Berlinale 2013

J’ai rencontré la première fois Malik Berkati à l’époque où les réseaux sociaux se nommaient encore mailing list, newsgroup, forum. Dans la vie « carbonée » j’animais un groupe d’artistes transdisciplinaire et transculturel et je faisais comme lui sur internet la chasse aux tendances.

Je suivais ses éditos sur j:mag, j’en ai même copié quelques-uns au Fond du lac, ici et .

Dire que j’apprécie Malik serait au-dessous de la réalité, il fait partie des belles personnes, humaines, attentives au monde, sensibles et de caractère que j’aime lire car elles me rendent un peu moins bête. Ou pour le dire autrement, doté d’une belle intelligence.

Nous nous sommes retrouvés récemment sur twitter grâce à une amie internet commune, Carol Shapiro de CaravanCafé, une autre magnifique personne que j’aimerais aussi rencontrer irl (in real life).

Aujourd’hui Malik anime en plus depuis Berlin, avec le Lorientais Joël Coché, La République des Debouts, un think tank citoyen et populaire. Voici les premières paroles du Manifeste des Debouts :

« Nous ne sommes rien et nous sommes tout. Rien de plus que de simples citoyens, rien de plus important que de simples citoyens. Tout car notre vocation, c’est l’universalité.
Nous n’ambitionnons ni richesse monétaire ni pouvoir de domination. Nous pensons la complexité qui au travers de la connaissance de soi permet de cheminer vers la simplicité choisie en s’éloignant du consumérisme dans une esthétique de la vie.
Notre vie est accumulation d’immédiateté, de désirs, de plaisirs, de choix, de rencontres, d’échanges, d’immatériel mais non d’objets, de produits, d’argent, de gratifications symboliques. Nous avons réfléchi à nos valeurs, faites-le ! […] »

C’est par Joël qui organise sa venue en Bretagne dans les jours prochains, que nous allons enfin franchir la barrière des pixels. Donc @ bientôt (peut-être) pour le récit d’une rencontre carbonée entre l’homme au coeur de lion et le monstre du Loch Ness 🙂

 

Ce contenu a été publié dans Coups de coeur, Croiser les fils de la toile, être humain, Les nouveaux chevaliers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’homme au profil de lion

  1. Joël dit :

    Je suis très, très ému de permettre cette rencontre. J’ai connu Malik via Linkedin d’abord puis très vite nous avons échangé et très vite je suis allé à Berlin. Moi aussi je suis un lion astral et un spleipnir orgueilleux. Nous jouons gaiement de l’anthropomorphisme alors plaçons cette rencontre sur le lac des signes, des signes des temps nouveaux. Il n’y a pas de hasard il n’y a que des rencontres – Eluard
    Vivement dimanche ! Clin d’oeil au cinéphile.

    • Malik Berkati dit :

      Je dois dire que ce billet m’a laissé sans mots à taper sous mes doigts… et c’est un exploit, on ne peut pas dire que cela m’arrive souvent.
      Je suis extrêmement touché. Par tous ces mots sur moi que je ne mérite certainement pas.
      Et je suis également un peu saisi par l’échelle du temps. Je me rappelle ce web 1.0 sur lequel nous étions un peu pionniers, que ce soit dans l’aspect réseau (qui tient visiblement et passe les échelle web 1, 2 et bientôt 3.0), l’aspect collaboration dématérialisée, l’aspect participatif qui fait évoluer la pensée, les gens qui vont avec ces pensées, qui dessine d’autres lignes d’horizon. Grâce à Carol et son caravancafé qui ne pouvait autrement que faire écho aux caravansérails – et croyez-moi, on est bien dans le lieu-refuge-de-recontres de Carol – et à la Dame du Lac, monstre écologique à la pointe des nouvelles technologies et techniques pour penser un monde pour demain encore viable pour les êtres humains, j’ai avancé, découvert, me suis ouvert. Je crois qu’avec ce billet, en remontant un peu ce fil du temps, c’est cela qui a rajouté à cette émotion qui m’a saisi.
      Merci à vous deux mesdames… et merci à toi Joël aussi, pas seulement pour permettre cette rencontre, mais pour dans la même veine, me pousser à de nouvelles réflexions.
      Alors oui, Vivement Dimanche!
      MaB

  2. carol dit :

    Juste pour vous saluer et vous remercier tous. Nessy, tu as été la première à m’accueillir dans un site « Biz’art », à mon arrivée en 2002 – ça a été un moment très important, une sorte de magie qui me déposait sur un nuage parlant – et à me faire connaître les sentiers de l’époque. Puis à me présenter Malik qui a été un passeur fabuleux, entre art et éthique. Comme une terre d’accueil.
    Ces regards et signes virtuels ont traversé la décennie et continueront leurs passages pendant longtemps je l’espère…
    Je suis encore dans le quantique des invisibles pour vous, mais le plus sensible et vivant à su traverser la frontière des ondes/particules…
    J’espère donc qu’une autre vague nous réunira je ne sais où … et cette fois je prendrai ma barque pour vous rejoindre. Pace e salute. Et à Dimanche prochain , vivement; il y en aura un autre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *